Nous poursuivons donc notre route vers le « cederberg nature reserve ». Après avoir passé 2 nuits et une journée à Kagga Kamma Nature Reserve, nous sommes impatients de découvrir un peu plus cette région tantôt lunaire, tantôt verdoyante. Notre première étape va nous faire faire un bond gigantesque dans l’histoire de l’Afrique du Sud : les peintures rupestres des Sans, premiers habitants de l’Afrique Australe. Nous sommes curieux de voir ces témoignages vieux de trois mille ans. Après cette visite, nous reprenons la route qui va nous emmener jusqu’à Clanwilliam. Celle ci serpente dans la montagne. Nous franchissons des cols et redescendons dans les vallées avec par intermittence des parties asphaltées et des pistes. Une halte à « Cederberg Algeria », véritable Jardin d’Eden,  nous permet de faire une bien jolie rencontre avec l’adorable petite antilope locale « Oréotrague » . A l’occasion de notre dernière étape à Clanwilliam, dans le joli lodge « Yellow Aloe », nous pouvons admirer la culture du Thé Rooibos. Mais avant, entrons dans la réserve naturelle du Cederberg Afrique du Sud » pour laquelle nous avons eu un vrai coup de cœur. Je vous propose 5 bonnes raisons de visiter cette région.


Tout d’abord pour la réserve du Cederberg, ses montagnes et son calme

La Réserve Naturelle est une zone protégée qui se trouve au Nord de la Province du Cap-Occidental, dans la direction de la Namibie. Elle est réserve naturelle depuis 1973. La zone rocheuse est parsemée d’empilements de  » gros cailloux ». Ce territoire fait partie du royaume floral du Cap. De nombreux systèmes météorologiques s’y rencontrent. C’est le paradis des randonneurs, des amoureux de la nature et du calme, peu fréquenté par les touristes, et à seulement trois heures du Cap. Bien sûr, le paradis se mérite, la route est sinueuse mais, la plupart du temps, très bien entretenue. Quelques fois elle se transforme en piste. Elle vous fera passer par des cols dans la montagne et des vallées verdoyantes consacrées à la culture des fruitiers. Le paradis cependant est quelque peu en souffrance : les cyprès uniques dans cette région et qui poussent à partir de 1000 mètres sont en voie de disparition et nul ne sait pourquoi. Les feux (ici on pratique l’écobuage pour régénérer la flore) sont une plaie et ravagent par endroit les deux types de végétation uniques au monde : le finbos (avec toutes sortent de protéas poussant dans un sol de grès) et le karoo (végétation semi désertique habituée des sols d’ardoise). La région souffre cruellement de la sécheresse et pourtant, c’est ici que vous trouverez une pépite : la bucolique Algeria et ses délicates antilopes.

Voici donc les raisons de visiter le jardin d’Eden de l’Afrique du Sud : le Cederberg.



Parce que le « Cederberg nature reserve », est un endroit à nul autre pareil

Notre précédent séjour nous avait emmené sur la route des jardins et dans le Karoo. Nous avons pu  approcher la vie sauvage avec les safaris.  Nous avons visité la ville du Cap et ses environs . Le Cederberg ne ressemble à aucun de ses endroits. Des entassements de rochers en grès de couleurs roses à perte de vue et des vallées fruitières, voilà les paysages que vous offrent la réserve naturelle du Cederberg. Après quelques kilomètres d’une route majoritairement asphaltée avec de temps un peu de piste pour pimenter l’affaire, le massif plissé se dresse devant nous, verdoyant et aux contours incroyablement doux. Un panneau avertit : ici c’est le territoire du léopard ! (nous n’en avons pas rencontré). Elle est l’une des aires protégées de la Région florale du Cap. Si vous avez l’occasion de visiter le jardin de Kirstenbosch au Cap, vous pourrez y admirer la partie plantée « finbos » avec une végétation caractéristique de la région. Le Cederberg est sous influence « climat méditerranéen » avec des pluies pendant l’été austral (notre hiver), chaud et sec en été. On y pratique l’écobuage (renouvellement par le feu et fertilisation des terres en brûlant les petits végétaux avec parfois des conséquences dramatiques sur l’environnement).

Après avoir traversé une zone montagneuse et plutôt aride, nous arrivons à « Cederberg Oasis  Backpackers » . Nous y achetons nos pass pour visiter les sites des peintures rupestres. Ce pass coûte quelques rands.


Pour aller à la rencontre des Sans, les artistes chamans de la Préhistoire

Dans notre précédent article sur Kagga Kamma Nature Réserve  nous évoquions ce peuple primitif d’Afrique du sud. Les Sans ont été chassés par les premiers colons et par d’autres tribus. Ils se sont alors réfugiés dans le nord de l’Afrique du Sud, dont le Cederberg.

Nous visitons deux sites sur trois, le troisième nécessitant des compétences en escalade. Les premiers colons hollandais ont appelé les Sans « hommes des buissons », soit Bochimans en français et Bushmen en anglais. Les européens, les Zoulous et quelques autres tribus, désireuses de protéger leur bétail, les ont pourchassés. En effet les Sans, pour des raisons spirituelles croyaient que le bétail appartenait à tout le monde. Aujourd’hui, leurs peintures d’une extrême finesse et audacieuses par le choix des matières, sont protégées au titre d’héritage national.

C’est sous un soleil de plomb que nous parcourons Rock Art Tour et Stadsaal rock art . Nous photographions l’unique peinture rupestre accessible à Rock Art Tour. Stadsaal rock art permet d’admirer les grottes (« caves » en anglais) dans les rochers et à ciel ouvert. Il faut franchir la grille et ouvrir le cadenas avec le code donné sur votre pass. Le parcours est très facile et bien aménagé.

Peintures rupestres cederberg

Peintures rupestres des Sans


Ancien habitat des Sans, encore appelé Khoisans, dans le Cederberg, on dénombre 7000 grottes contenant des peintures rupestres d’origine chamaniques. L’entrée du parcours des grottes à Rock Art Tour et Stadsaal rock art se trouve à droite après l’entrée, et le site d’art rupestre à gauche. 

Cederberg Stadsaal rock art

Stadsaal rock art


Après cette visite nous poursuivons notre route. Les jeunes français rencontrés après la visite des grottes et qui faisaient la route en sens inverse nous parlent d’Algéria en le qualifiant comme le plus beau paysage rencontré sur leur chemin. C’est dans notre direction.

Pour y rencontrer « Sassa » dans le « Cederberg Algeria »,  sur la route vers Clanwilliam,

C’est une petite enclave de verdure au milieu de la rocaille. Ici, c’est comme si une cuvette s’était formée après un effondrement. La cuvette bénéficie de la retenue des eaux de pluie. L’endroit est verdoyant et coloré. C’est l’habitat de la petite antilope des montagnes « Oréotrague » (Sassa pour les intimes !) . Peu farouche, elle se perche sur les rochers, certainement pour faire admirer son joli minois avec deux petites cornes de part et d’autre de la tête. Arrêtés pour profiter de l’atmosphère idyllique du lieu, nous nous apprêtons à repartir lorsque, dressée sur un rocher,  j’aperçois la silhouette élégante d’une petite antilope. Le couple en voiture que j’ai arrêté pour leur signaler l’animal, nous doit certainement la plus jolie photo de leur journée. Un peu plus loin, nous constatons que « la solitaire » sur son rocher est en fait accompagnée d’un joli troupeau qui nous regarde passer sans être effrayé.

 Cederberg Algeria

Algeria Cederberg

Cederberg Antilope

Antilope Oréotrague


Au nord de Cederberg Algeria  se trouve la fameuse forêt de Cedar tree . Cet arbre est inscrit sur la liste des espèces végétales en voie d’extinction et est protégé après deux siècles d’exploitation (on taillait dans cet arbre les poutres pour soutenir les toits de chaume des Longhouses. Les troncs ont servi plus tard pour les poteaux télégraphiques). Le feu les a bien sûr décimé. Voici ci dessous un exemple de maison construite avec une poutre en Cedar tree. La Longhouse est l’équivalent de la longère, habitation très étroite que l’on retrouve en milieu rural en Basse Bretagne et très utilisé dans tout le Cap Occidental.

cederberg longhouse clanwilliam

Longhouse à Clanwilliam

 

  • A Clanwilliam, pour faire une étape de charme au jardin d’Eden : la Yellow Aloe guest house

Après cette traversée de la réserve naturelle du Cederberg nous avons choisi de faire notre halte chez Sheryl et Michel à Yellow Aloe. La guest house se trouve dans une Longhouse au toit de chaume. C’est la deuxième plus vieille maison de Clanwilliam. Nichée dans une verdure luxuriante, grâce entre autre à un système d’irrigation, c’est un havre de paix. Il est possible d’y prendre le repas du soir, le petit déjeuner est excellent et la boutique est parfaite pour vos emplettes. Michel vous accueille en français. L’établissement possède une machine à faire les expressos … L’accueil est charmant et Michel est plein de ressources pour vous aider à visiter la région.  

Yellow Aloe Clanwilliam Cederberg

Yellow Aloe

 

  • A Clanwilliam, pour admirer les champs de Rooibos à perte de vue

Nous quittons clanwilliam après une bonne nuit de sommeil. C’est l’occasion pour nous de nous arrêter pour admirer d’un peu plus près ce petit arbuste qui donne la boisson nationale : le « Thé Rooibos » (improprement appelé « thé « ) En Afrikaaner, ce mot signifie « buisson rougeâtre« . Il pousse presque exclusivement dans cette région. La veille, avant d’arriver dans la petite ville, nous nous demandions ce qu’était ces champs de buissons, tantôt peu développés et tantôt assez hauts. Les feuilles de l’arbuste sont hachées et légèrement fermentées pour donner une tisane sans théine ce qui est normal, le Rooibos n’est pas du thé ! Une autre espèce de Rooibos se consomme aussi en Afrique du sud, au goût de miel, le Honeybush. Son goût est plus doux et plus subtil. Les propriétés médicinales de ces arbustes sont nombreuses et très utilisées en Afrique du Sud.

Cederberg Rooibos

Culture du Rooibos


C’est pour nous le moment de nous diriger vers la côte atlantique et notre dernière étape dans le Cap Occidental : le joli petit village de pêcheurs, Paternoster.
« Michel » de Yellow Aloe nous a indiqué une adresse pour déjeuner à Elands Bay, nous nous y rendons sans savoir la sympathique rencontre que nous allons y faire…

Crédits photos: @desroulettessouslespieds.fr

logo des roulettes sous les pieds

 

Pin It on Pinterest

Share This
%d blogueurs aiment cette page :